ASK BOXING ASNIERES
LE MUAY-THAÏ
La boxe Thaï, ou Muay Thaï, pour donner à cet art son vrai nom, a toujours occupé dans toute l'histoire de la Thaïlande une place prépondérente. 
Le Muay Thaï fait son apparition il y a environ 500 ans dans l'ancien royaume SIAM (aujourd'hui la Thaïlande). A l'origine, le Muay Thaï servait à régler des différents ce qui correspondait à nos tournois au Moyen Age. 
D'aprés l'histoire, en 1411 à la mort du roi Sen Muang Ma, ses deux fils Ki et Fang voulurent s'emparer du pouvoir. Comme leurs armées respectives n'arrivaient pas à se départager sur un champ de bataille, ils décidèrent de régler leur conflit par un duel. Chaque camp choisit son meilleur boxeur. Finalement, l'homme de Fang fut battu, et Ki monta sur le trône. La technique de combat de son «boxeur» fit école...  
La légende raconte qu'en 1767, en pleine guerre Birmano-Thaïlandaise, Nai-Kha-Nom-Tom, soldat et boxeur fut prisonnier du camp adverse et opposé à dix champions birmans qu'il mit K.O. Devenu héros national, les Thaïlandais lui rendent hommage chaque année à l'occasion de la "Nuit des boxeurs". 
 
Au 16ème siècle, le Muay Thai faisait partie de l'entraînement militaire. Il atteignit son plus haut degré de popularité au début du 18ème siècle, sous le règne de Pra Chao Sua, "le Roi Tigre". C'était le passe-temps favori de la population ; chaque village organisait des combats régulièrement. Le roi, qui était un boxeur de première force, s'amusait à défier les champions locaux ! A l'époque les combattants protégeaient leurs poings en se bandant les mains avec du crin de cheval. Plus tard, le crin fut remplacé par des bandes de coton maintenues avec de la glue. On se servait de coquillages ou d'écorces d'arbres, comme coquille ! Parfois, avec l'accord des deux boxeurs, du verre. 
A cette époque, les combats se déroulaient sans catégories de poids ni de limite de temps. C'est ainsi que l'art martial des rois devint un sport très populaire.  
Au fil du temps et de l'évolution des axes de communication, les différentes techniques des différentes régions ont été regroupées en une seule et c'est le Muay Thaï actuel.
Ce sport se pratique avec des gants (type Boxe Anglaise introduits au début du 20ème siècle car avant les boxeurs mettaient des bandes de chanvre engluées) et pieds nus; les tibias sont utilisés pour les percussions avec les jambes contrairement au Full Contact ou à la Boxe Française où l'on utilise le dessus des pieds; les coups de tibias sont beaucoup plus efficaces et percutants que les pieds.

D'autres armes non utilisées dans les autres sports de combat pieds/poings font partie du Muay Thaï:
                                 

- les coups de coude: extrèmement dangereux, en France les boxeurs portent des coudières (protections en mousse) afin d'éviter les graves blessures dûes aux coups de coudes.
- les coups de genoux: portés en direct de face au niveau du corps ou même de la tête ou bien lors d'un corps à corps sur les flancs ou frontal.
- les blocages : bloquer un coup de tibia avec son tibia ou bloquer un coup de tibia porté à la tête avec le bras plié en protection.
- les saisies: saisir la jambe de l'adversaire lorsqu'il envoit un coup pour ensuite le contrer.
- le cors à corps debout: partie très technique et éprouvante; il faut placer des coups de genoux dans les flancs de l'adversaire ou au niveau du plexus ou de l'estomac.
- les projections: projeter l'adversaire au sol brutalement par des techniques de saisies et de projection.

Les combats sont traditionnellement précédés du Ram-Muay, sorte de danse préliminaire ancestrale liée aux croyances et superstitions de cette culture.
Cette danse fait partie du combat et du spectacle et est propre à chaque club. Cela permet également aux boxeurs de se concentrer, se préparer au combat (videos ci-dessous).
Les combatants portent un short et des gants type boxe Anglaise mais aussi des éléments liés à leurs croyances et leurs convictions et ils portent, notamment, un Mongkong autour de la la tête.

Ci-dessous, des vidéos de Ram-Muay:









LE MUAY THAÏ EN FRANCE ET LA COMPETITION:
En France, ce sport est plus encadré car, étant un des plus violents, nous ne voulons pas de bléssés graves.Ainsi, les coudières sont obligatoires.

Concernant les enfants: ce ne sont pas des combats mais des assauts éducatifs. En clair, en Thaïlande, les enfants portent les coups et le K.O est autorisé alors qu'en France les échanges se font à la touche et qu'il est interdit de porter les coups. Les arbitres sont formés pour faire respecter cette règle et, en cas de non-respect, le fautif est purement et simplement disqualifié. Nous sommes donc dans une boxe éducative et non destructrive. Cela reste un loisir avec des risques contrôlés.

Les coups sont portés à partir de 18 ans et il y à ensuite 4 classes de combatants:
- les classes D, qui viennent souvent de l'éducatif et font leurs débuts en coups portés; à ce niveau, les combattants portent un casque, un plastron (protection du buste) , un protège-dents, des protège-tibias, des coudières et bien sûr des gants.
- les classes C: évolution de la classe D, le niveau technique augmente et il n'y à plus de plastron
- les classes B: il n'y à plus de protège-tibias et, suivant la compétition, il n'y à plus de casque. Le niveau est relevé ainsi que la puissance des coups.
- les classes A: à ce niveau, il n'y plus de casque et les adversaires sont internationaux (Thaïlandais compris).

les saisies
le corps à corps
les coups de coudes
les coups de  genoux
les blocages